On peut considérer que les pubs sont une plaie à la télé, avec leurs messages niais (qui a déjà vu une pub pour tampon hygiénique vraiment transcendante ?), leur martelage médiatique (3 bandeaux de 10s dans la même coupure publicitaire), les couleurs criardes (pub pour la lessive), les musiques agressives (pubs pour certains gels soit disant très résistants)… Mais finalement, les pubs sont parfois des petits chef d’oeuvre, tant d’un point de vue du scénario et du tournage que des prouesses techniques mises en oeuvre.

Ainsi, je ne suis pas spécialement amateur de la marque Sony, par contre, leurs pubs concernant le téléviseur BRAVIA sont depuis quelques temps maintenant, de vrais petits joyaux. J’ai commencé à accrocher avec la pub des balles qui dévalent les rues de San Francisco. Ne serait-ce que par la musique (José González, Heartbeats, voir les paroles après l’article), mais aussi pour les images qu’ils ont associés ! Il faut quand même savoir qu’il n’y a pas moins de 250 000 balles qui ont dévalé les rues, et que si tout cela semble d’une douceur déconcertante, cela était au final d’une violence inouie. Voyez plutôt le making of.

Loin de s’arrêter après ce coup de maître, Sony a confirmé avec une sorte de spectacle peinturo-technique où 455 charges de mortiers, 1700 détonateurs et 622 explosions propulsent pas moins de 70 000 litres de peinture autour d’immeubles de Glasgow (making of). La vidéo se déroule sur la musique de « La Gazza Ladra » de Rossini.

Puis vient le tour des lapins, avec 2 tonnes et demie de pâte à modeler, 370 lapins et 1 lapin de 10 mètres qui se promènent à New-York (making of).

La série en est à « quelques » pelotes qui dévalent les pyramides en Egypte.

Sony a mis en place un joli site pour réunir tout cela (NDLR : le site n’existe plus lors de la publication de cette archive).

Enfin, pour finir, Sony fait aussi de la promo pour son Walkman, avec un orchestre un peu particulier : 128 musiciens qui ne jouent chacun qu’une note à l’Alexandra Palace. Vous retrouverez toutes les infos sur le site du projet en question, et notamment le making of.


Paroles de Heatbeats :

one night to be confused
one night to speed up truth
we had a promised made
four hands and then away

both under influense
we had in vein sent
to know what to say
mind is a razorblade

to call for hands of above
to lean on
wouldn't be good enough
for me, no

one night of magic rush
the start of simple touch
one night to push and scream
and then relief

ten days of perfect tunes
the colors red and blue
we had a promise made
we were in love

to call for hands of above
to lean on
wouldn't be good enough
for me, no

to call for hands of above
to lean on
wouldn't be good enough

and you, you knew the hand of the devil
and you, kept us awake with wolf teeths
sharing different heartbeats
in one night

to call for hands of above
to lean on
wouldn't be good enough
for me, no

to call for hands of above
to lean on
wouldn't be good enough