Lu dans le métro parisien, ligne 6.

« Les habiles, les jongleurs de mots sont plus éloignés de la poésie que cet homme qui – sans parole aucune – se défait de sa journée, le regard levé vers un arbre, ou le coeur attentif à la voix d’un ami. »

Andrée Chedid